Nuage Creation Photographe mariage aix en provence

Défi des 24h, prise n°2

Ce défi de marcher pendant 24h avait été réfléchi, et tenté cet été, mais malheureusement échoué. J’avais été contrainte d’abandonner à peu près à mi-parcours après avoir passé plusieurs heures avec des douleurs au ventre.

Contrainte de le reporter, tout d’abord à la fin octobre, mais malheureusement encore un peu après suite à une blessure costale.

La date a donc été fixée au 28 décembre 2022.

Tout est prêt, la météo annoncée est parfaite. Les températures pas trop basses. Le parcours a été légèrement modifié sur les portions déjà empruntées cet été où nous avions eu quelques soucis, tombant sur des propriétés privées.

Marcher pendant 24h était un gros défi, un gros pari sur le corps et l’esprit. Allez au bout de soi-même. Pousser son corps et sa tête dans ses retranchements. Se sentir plus que tout vivant. L’effort n’est pas anodin, il demande de la préparation, mais l’apaisement mental que l’on ressent derrière n’est pas descriptible.

Nuage Creation Photographe mariage aix en provence

De Pourrières à Nans les Pins

Mon sac est prêt avec tout ce qu’il faut pour manger, se couvrir, parer aux premiers secours si besoin, s’éclairer toute la nuit, se changer, s’hydrater… Bref, le sac est bien lourd mais c’est le minimum. Avec 8,9 kg sur le dos… Départ de Pourrières à 15h le 28 décembre. Nous sommes 4 à prendre le départ pour l’entièreté du parcours : Laure, Olivier, Stéphane et moi. Nous commençons à 15h03. D’abord à 3, Stéphane étant en retard, nous le guidons par téléphone, il nous rejoint en courant au bout de 2 petits kilomètres. Il est échauffé pour la suite !

Derrière nous, la Sainte-Victoire est magnifique avec un grand ciel bleu et quelques nuages. Je suis en tee-shirt, comme régulièrement fin décembre ces dernières années en randonnant. Nous parlons, le temps passe assez vite, la commune de Pourcieux se rapproche assez vite avec le Mont Aurélien derrière. Nous traversons des petites ruelles et commençons à grimper à 16h10, nous en sommes à 6km avec une moyenne de 5,4km/h et un d+ de 87m. L’humidité se sent avec la face nord du Mont Aurélien qui n’a que très peu de soleil en cette période. C’est parti pour une partie d’un peu moins de 5km sur un sentier vallonné. Nous attaquons ensuite une belle ascension avec environ 2,5km et 500 de dénivelé positif. La montée est raide au début, puis s’adoucit. Le soleil est couché mais nous laisse de belles lueurs au loin sur la Sainte-Victoire. Il est 17h45, notre allure moyenne est à 4,7km/h.

Nous commençons à descendre, direction Nans les Pins. La descente commence et durera sur un peu plus de 6km jusqu’à la route. Nous croisons une voiture et nous apprenons que nous sommes passés par une propriété privée sur une petite portion. Il fait nuit. Nous sommes contraints de faire 2km en bord de route passante. Pas très rassurant, nous sautons de temps en temps sur le bas-côté pour marcher dans la boue près des vignes lorsque c’est possible.

Il est 19h30, nous sommes à Nans les Pins et nous dirigeons vers le centre pour retrouver nos compagnons de nuit. On arrive sur le parking un peu avant 20h30 avec 27km dans les jambes. Nous avons un bon premier ravitaillement avec thé chaud (merci Cécile !), tomates et radis (merci Bruno !), et clémentines (merci Sébastien !). Nous remplissons à fond nos poches à eau. Après 20 mn de pause, nous reprenons le chemin, cette fois-ci à 7.

De Nans les Pins à Pont de l’étoile

Notre allure moyenne est toujours à 4,7km/h malgré la pause. Elle va à présent descendre, nous attaquons l’ascension de la Sainte-Baume qui va être longue, et surtout annoncer le début d’une longue nuit. Cela fait déjà 6h que nous marchons, ce n’est pas rien.

L’ascension est agréable, en pleine forêt, sur des sentiers assez humides, étant du côté Nord. J’ai mes filles quelques minutes au téléphone qui me disent que je n’ai fait « que » 33km. Je n’avais pas regardé la montre. Elles veulent voir Laure et Olivier, et la chèvre de la Sainte-Victoire (Bruno. C’est ainsi que je le surnomme car il grimpe partout avec beaucoup de facilité). 7km plus loin et 700m plus haut, il est presque 23h et nous passons le pas de l’Aï. Après un petit passage où nous avons eu du mal à trouver le bon passage. Nous nous habillons chaudement (sauf Sébastien qui reste en short) car le vent commence à souffler et cela va être pire sur les crêtes, à découvert. Nous en sommes à 34km et nous avons 12km sur les crêtes. 12km dans le brouillard, le vent et l’humidité. 12km où nous errons un peu à la recherche de notre chemin qui est censé être à peu près droit mais qui se révèle être compliqué à suivre dans ces conditions. Cela n’est déjà pas toujours simple en journée, cela l’est encore moins à ce moment-là. Nous avons régulièrement tendance à nous déporter vers le Nord et le bord de la falaise. Nous perdons du temps à chercher la trace du GR9 et rester sur le semblant de sentier au milieu des pierres glissantes mais essayons de garder une bonne allure.

A mi-parcours sur les crêtes nous nous mettons à l’abri quelques minutes dans la petite chapelle du Saint-Pilon.

La descente commence. Nous en sommes à la moitié du temps de ce périple. 12 heures d’effort. La fatigue commence à être un peu présente car à 3h du matin, je suis d’habitude en plein sommeil profond… Mais globalement tout va bien. On s’alimente régulièrement. Je n’ai pas froid. La nuit sur les crêtes nous a bien ralentis, faisant tomber notre allure moyenne de 4,4km/h à 3,9km/h avec 300d+ supplémentaires.

Près du pic de Bertagne, nous descendons… sur les fesses pour la plupart, sauf les plus courageux et les plus à l’aise avec les descentes très glissantes. Un petit kilomètre plus bas, nous reprenons les sentiers un peu plus agréables. Petit passage par la route avec la recherche du passage que nous devons prendre. Nous perdons un peu de temps mais tout le monde met du sien pour trouver le bon sentier.

Il est presque 5h du matin. Les deux heures suivantes vont être très longues. Nous nous enfonçons au milieu de petites montagnes, entourés par la végétation très dense. Entourés par le col des Seignors et la tête de Roussargue dans un premier temps. Puis nous longeons la gorge du Renard. Au loin, sur la montagne suivante au Sud, la crête de la Galère. Nous passons un bon moment à chercher notre chemin. Dans le noir, nous avons perdu les traces car il n’y en a plus. Nous sommes à 615m d’altitude en pleine nuit. Il y a la falaise. Le moral est en berne à cet instant. Stéphane et Bruno prennent les choses en main pour chercher un accès et savoir où l’on doit passer. Bruno trouve la Croix de Bassan par laquelle nous passons à 6h48. Puis des cairns apparaissent régulièrement nous indiquant notre chemin enfin ! Olivier a retrouvé un peu d’énergie, cela me remotive après ce passage difficile. Cécile retrouve également le sourire. Tout le monde se remet à parler. 3km de descente avec le soleil qui commence doucement à nous amener un peu de lumière. Nous éteignons petit à petit nos frontales… (merci Eric et Evadict pour la mienne qui a tenu toute la nuit qui fût pourtant bien longue !) Nous nous rapprochons petit à petit du parking du Pont de l’Etoile où Ben est venu nous ravitailler ! Encore un grand merci d’être venu ! Il est 8h45. Nous marchons depuis presque 18h… 60km parcourus avec 2038d+ et une allure moyenne de 3,4km/h. L’allure descend au fur et à mesure entre la nuit et la fatigue, ainsi que les difficultés.

Nous nous ravitaillons avec du thé chaud, de la panettone et d’autres choses… Nous reprenons de l’eau. Bruno, Sébastien et Cécile s’arrêtent après avoir parcouru 33km avec nous. Un grand merci à eux de nous avoir accompagnés sur cette (longue) portion. Bravo à eux pour cet effort et ce courage. Olivier s’arrête ici également après avoir parcouru ces 60km, étant épuisé. Bravo à lui !

De Pont de L’étoile à Saint-Zacharie

Nous reprenons le chemin avec Laure et Stéphane après une heure de pause. Nous sommes épuisés mais il faut y aller. Nous modifions la fin du parcours, ne pouvant pas faire de boucle, nous faisons au mieux pour nous diriger vers Pourrières. Nous nous arrêterons à 24h de marche.

La marche devient moins agréable. Beaucoup de route mais nous n’avons pas trop le choix. Nous parlons avec Stéphane. Laure s’occupe du gps. Nous évitons de penser. On marche. On marche encore. Il est presque 12h. Nous avons faim et nous arrêtons à un abri de bus pour nous ressourcer un peu pendant 30mn. Nous avons marché 10km supplémentaires à environ 4,5km/h en moyenne. Nous garderons la même allure moyenne totale jusqu’à la fin à 3,2km/h malgré les pauses.

Nous marchons un peu, cela devient de plus en plus difficile. Stéphane s’endort. Nous trouvons un champ où nous faisons 15mn de sieste. Nous reprenons la marche. Nous titubons un peu. 3 kilomètres plus loin je leur propose de faire une nouvelle petite pause pour pouvoir terminer. Nous dormons 20mn dans un parc.

Il nous reste 30mn… nous marchons à 4,1km/h. Nous avons Mickaël en visio sur la fin pour la toute fin en direct. Rémi viendra nous chercher pour nous ramener à Pourrières où nous mangeons la brioche préparée par Laure !

Nuage Creation Photographe mariage aix en provence

24 heures…

24 heures de marche. Nous l’avons fait !!! Nous avons marché 78,05km avec 2585d+.

J’ai réussi cet incroyable défi que j’ai voulu me lancer… Un défi incroyable en émotions… La fin fût difficile, douloureuse de fatigue, de manque de sommeil… Mais… c’est un effort magnifique et magique, tellement fort en partage également. Un défi un peu fou mais à la fois si beau. Un défi qui en apprend beaucoup sur soi. Un défi qui ouvre l’esprit sur certaines choses. Un défi qui n’était pas le seul et qui ne sera pas le dernier.

Aujourd’hui, un peu plus de 24 heures après. Le corps va bien, même s’il a forcé. Pas encore de courbatures aux jambes pour le moment. Un peu aux trapèzes avec les 8kg passés sur le dos tout au long de ce périple. Le moral est au beau fixe 

Un grand merci à tous… Laure et Stéphane pour m’avoir suivie dans cette folle aventure ! Olivier pour avoir fait 17h avec nous… Bruno, Sébastien et Cécile pour les ravitaillements au top et pour cette partie de nuit difficile avec nous. Un merci particulier à Bruno qui garde son sang-froid peu importe les situations et les difficultés. Merci à Ben de nous avoir suivis et encouragés virtuellement et pour nous avoir soutenus avec ce ravitaillement de fin de nuit, merci… Merci à ceux et celles qui nous ont encouragés et suivis. Eric, Frédéric, Julie… mes filles… et tant d’autres.

Juste merci pour cette aventure.

Nuage Creation Photographe mariage aix en provence

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s