Publications

Chateau de la Roque Forcade Peypin

Des photos au château de La Roque Forcade près d’Aix en Provence

Le château de La Roque Forcade est situé à Peypin, pas très loin d’Aix en Provence. C’est un superbe domaine pouvant accueillir plusieurs types d’événements. Que ce soit des séminaires d’entreprises comme des mariages. Le midi, le restaurant est ouvert aux particuliers en dehors des réservations du domaine dans son ensemble.

Chateau de la Roque Forcade Peypin

Votre photographe à Aix en Provence

L’entreprise TEP Ingenierie a fêté ses 40 ans cette année. Elle a voulu marquer cette année avec un événement regroupant ses employés, mais également ses clients. Pour ce faire, elle a choisi le château de La Roque Forcade à Peypin près d’Aix en Provence.
Immortaliser cette journée avec des photos était important pour avoir des images en souvenirs de cette journée particulière. L’occasion aussi de mettre en avant son équipe, mais également le lien avec leurs clients. Les photos pourront servir pour les réseaux sociaux et les sites internet.

TEP Ingenierie Rousset

Le Château de La Roque Forcade à Peypin

Le Château de La Roque Forcade est niché dans un écrin de nature à Peypin, à 20mn d’Aix en Provence. Un lieu privilégié pour tous types d’occasions. Un moment au restaurant pour profiter du calme et de la nature avec une vue sur la Sainte Baume, mais également de l’excellente cuisine du chef. Une visite des caves, une découverte du domaine avec son oliveraie et son vignoble : des activités qui sont proposées au sein du domaine.
Les mariages ne sont pas en reste dans ce lieu. Permettant de profiter de la journée au mieux dans un cadre à l’écart de l’agitation de la ville.

Nuage Creation Aix en Provence

Dans les rues d’Aix en Provence

La ville d’Aix en Provence regorge de rues, de recoins, d’architectures permettant de prendre des photos diverses et variées. Tout dépendra de ce que l’on souhaite mettre en avant.
Pour ce reportage à Aix en Provence, j’y suis allée accompagnée d’un ami photographe. Pouvoir arpenter les lieux tout en discutant et échangeant sur ce que l’on voit est très enrichissant. Les points de vue, l’oeil de l’artiste, où encore la finalité de la photo sont bien souvent différents d’une personne à l’autre, et c’est ce qui fait notre unicité. Mais se confronter à ses difficultés, à de la nouveauté permet d’avancer, de se renouveler. De progresser, ou quelquefois de reculer pour mieux avancer par la suite.

La photographie en noir et blanc

Ici, j’ai souhaité faire ce reportage tout en noir et blanc. J’aime le noir et blanc et ce qu’il fait ressortir. La force de ses contrastes. Chercher à mettre en avant ce que l’on ne pourrait voir si la photo était traitée en couleurs. A la prise de vue, c’est d’ailleurs décidé. Utiliser la force de l’ombre, mais également celle de la lumière. Un noir et blanc. Mais pas que. Un gris. Un gris clair, un gris foncé. Toute une palette de gris, allant du blanc au noir, et du noir au blanc. De l’ombre à la lumière.

L’inspiration

J’admire d’ailleurs le talent du street art photographer Allan Schaller. Ses photos montrent une parfaite maîtrise de l’ombre et la lumière. La composition dans ses prises de vues architecturales force également l’admiration, attirant l’oeil au bon endroit, laissant l’esprit quant à lui, libre à la divagation et l’imagination. Ses oeuvres sont de belles sources d’inspiration et des pistes de travail pour ceux qui aiment la photographie abstraite.

Nuage Creation Aix en Provence
Nuage Creation Aix en Provence
Nuage Creation Aix en Provence

Le noir et blanc à Aix en Provence

Ces photos pourraient être faites dans une autre ville qu’Aix en Provence pour certaines. D’autres sont tout à fait imputables à cette dernière. Les lignes du Pavillon Noir étant reconnaissables par tout artiste, quel qu’il soit. J’ai voulu porter un oeil, là où, lors d’une simple balade, nous ne porterions pas notre attention. Le sol, le ciel, un bout de bâtiment. Une fenêtre. Des pieds. Des lignes. Tout est prétexte à l’observation, à l’imagination et à la création. Les doigts appuient, ajustent, puis l’un d’entre eux déclenche. Pas toujours au bon moment, pas toujours comme on l’imaginait. La patience est de rigueur dans tous les cas en photo. On peut attendre plusieurs heures pour un moment précis, imaginé en accord avec notre observation, que l’on ne souhaite pas mettre en scène pour que la magie ne soit pas perdue. L’instant T, l’instant éphémère ne peut selon moi, dans tous les cas pas être organisé, prévu, orchestré. Vous aurez beau répéter les choses à maintes reprises, rien ne sera précisément identique, dans le sens où le temps a avancé, la météo n’est plus la même… Tout est relatif me direz-vous.

Nuage Creation saint-baume

Objectif 24h

L’objectif était de marcher pendant 24h pour effectuer un certain nombre de kilomètres… J’avais en tête au minimum 70, si possible 100, quitte à dépasser au niveau horaire suivant les aléas. Départ de ma porte d’entrée… arrivée à ma porte d’entrée.

Le dernier défi était au mois d’avril avec quatre ascensions complètes de la Sainte-Victoire (43km et 3100d+).

Nuage Creation saint-baume

Organisation du défi

Ce nouveau défi était programmé pour le week-end des 6 et 7 août. Mais la période étant critique au niveau sécheresse, j’avais conscience que les massifs pouvaient être interdits d’accès et m’empêcher de me lancer, devant repousser cet effort à une date ultérieure.

Tout était prêt et organisé. Ravitaillement en eau avec mes ami(e)s traileurs qui ont été au top du début à la fin en s’organisant pour être disponibles et faire un bout de chemin avec moi, mais également l’entièreté du parcours pour Delphine Rancurel qui a été finisher (voire bien plus pour moi !) du Les 100 km du Pays Basque il y a à peine 2 mois.

J’avais en tête un départ à 16h le samedi pour arriver le lendemain à la même heure. Mais un dernier petit test d’allure une semaine avant à 12h à l’heure la plus chaude de la journée m’a convaincue, au vu de la météo caniculaire annoncée, d’avancer le départ à 10h. Ce qui permettait de faire la première partie avec le plein d’énergie sous la chaleur, et terminer dans la fraîcheur avec la fatigue qui allait arriver. C’était à mon sens plus prudent.

Mais c’était sans compter sur vendredi soir, 17h, l’annonce de la fermeture des massifs tombe. Tous les massifs. Impossible de changer le parcours, de le faire à l’envers, d’en faire un autre ailleurs. Je bous de l’intérieur… J’étais prête. tout était prêt et organisé… Je pense à Olivier Turini qui a vécu ça avec l’annulation du 90km de l’UTMB Mont-Blanc cette année. Ca tourne dans tous les sens, j’essaie de m’occuper, je me reprends en me disant qu’il y a encore un espoir pour que ce soit ouvert le lendemain.

J’annonce alors aux autres que si les massifs sont ouverts dimanche, on fera le départ à 23h samedi soir pour démarrer dans les massifs à 00h, heure d’ouverture. Cela change beaucoup de choses car l’organisation n’est plus la même pour chacun. Tout le monde essaie de s’organiser et on attend le verdict.

Le jour J

Les massifs sont ouverts dimanche !!! Je suis remontée à fond.

Impossible de dormir un peu en début de soirée. Heureusement, j’ai engrangé pas mal d’heures de sommeil ces derniers jours, avec des siestes, dont une de 3h dans l’après-midi. La journée qui allait arriver, avec une nuit blanche à marcher, ce n’est pas anodin pour le corps, encore moins pour moi qui aime avoir mes 6 ou 7h de sommeil, voire plus lorsque cela est possible.

Delphine me rejoint à Pourrières. L’excitation est là, on se lance encore une fois sur un projet un peu fou mais qui rassemble tellement de choses…

23h, le top départ. La montre est lancée, le live pour le suivi pour les copains, pour nous rejoindre, et aussi, au cas où il y aurait un problème. Il fait nuit, la frontale est de rigueur. Et il fait chaud !

Le début du parcours

Le début du parcours se fait à une bonne allure en discutant (on en avait des choses à se raconter !). En arrivant sur Pourcieux on croise deux fois une voiture avec des jeunes qui cherchaient Pourrières. La deuxième fois, ayant oublié qu’ils nous l’avaient déjà demandé 800m plus bas… Apparemment nous sommes en meilleure santé mentale que d’autres, malgré les défis que nous nous lançons.

Nous tournons un peu dans les rues de Pourcieux pour trouver celle qui monte et nous permet d’aller en face dans le massif du Mont Aurélien.

On croise nos deux premiers co-équipiers qui nous rejoignent pour un « petit » bout de chemin avec nous. Merci Olivier Turini et Guti Miki d’avoir fait une croix sur votre nuit pour nous retrouver à minuit pour faire 15km en mode randonnée avec nous, puis repartir dans l’autre sens en trail pour rentrer… Mais merci est un bien petit mot.

Première ascension

On commence l’ascension du Mont Aurélien à 00h15. Photo floue de rigueur pour Canonge Jerome. Photo d’araignée aussi… Elles sont d’ailleurs assez impressionnantes à cette heure-ci… Est-ce parce qu’il fait nuit, à vérifier en y retournant.

Ca grimpe doucement, puis plus fort jusqu’à 785m d’altitude. Première ascension effectuée. Nous descendons, beaucoup trop pour Olivier et Micka qui se disent qu’ils vont devoir ensuite tout remonter. Avec Delphine, nous nous laissons porter. Ils nous guident avec le parcours rentré sur leur montre. Cela nous permet de nous « reposer » un peu. Micka propose même de nous aider à porter nos sacs qui représentent environ 9kg, mais nous refusons.

Hydratation et apport en calories réguliers, physiquement tout va bien, mentalement aussi, je trouve ça très agréable de partager ces moments.

Nous prenons la direction de Nans-les-Pins pour retrouver Laure Paul qui nous attend de pied ferme (« vous êtes à 1km, je vous attends sur le parking. Vite ! J’ai peur 😉« ). C’était sans compter sur le petit « accident de parcours ». Lorsque j’ai créé le parcours, les propriétés privées et différents grillages ne sont pas signalés… Nous nous retrouvons donc à contourner un premier grillage, puis face à un second avec pas trop d’autre choix que de le passer, puis sur un autre pour sortir et retrouver nos traces. C’est là qu’Olivier et Micka nous laissent et repartent en sens inverse pour leur partie trail.

Deuxième ascension

Nous retrouvons Laure. Il est un peu moins de 4h du matin. Nous avons parcouru 22km. Petite pause. On refait le plein d’eau. 4h03, nous reprenons la route. On suit le chemin… Jusqu’à un nouveau petit détour car des habitations non visibles sur le parcours initial. On rajoute environ 3km, mais ce n’est pas grave. On en aura profité pour faire travailler notre imagination à travers champs entre des coups de fusils au loin, des yeux plus ou moins lumineux et pas toujours visibles au même endroit… Vivement le lever du jour que l’on puisse souffler. 5h40, le voici tout doucement avec la sortie de Nans les Pins direction la Sainte-Baume et son ascension que nous commençons à 6h10 pour la terminer 2h30 plus tard et arriver sur les crêtes pour atteindre le point culminant à 1058m d’altitude aux environs de 9h40.

Les difficultés du sport

Lors de cette ascension de la Sainte-Baume et du début des crêtes il s’en est passé des choses…

Loin d’être le plus agréable pour moi mais cela fait partie du jeu.

Vers 6h du matin, je commence à me sentir un peu ballonnée. Jusque-là, rien de grave, ce n’est pas agréable, mais ce n’est rien alors je n’y prête pas attention. 7h15, nous faisons 15mn de pause où l’on discute. Mon ventre travaille dur, je sens que cela tourne, se serre, j’ai des spasmes, j’ai mal mais je ne vais pas embêter les filles avec ça. Je vais me vider une première fois dans la forêt.

Mon ventre me laisse un peu tranquille et puis au fur et à mesure se remet à faire des siennes. Je baisse l’apport en nourriture dans un premier temps et m’hydrate bien. Mais j’ai conscience que c’est à double tranchant, cela devrait normalement me soulager le ventre pour ne pas entretenir l’inflammation que je sens monter, mais en même temps je risque de manquer d’énergie par la suite. Mais on avisera après, je peux tenir un moment avec les calories que j’ai ingérées au fur et à mesure depuis que l’on a démarré hier soir, et de ce côté-là je sens que tout va bien.

A 9h on assiste à un spectacle magnifique avec des chamois que l’on voit se déplacer au-dessus de nous. D’ailleurs, connaissez-vous le nom de la femelle du chamois ?

On a un peu ralenti l’allure… On relance. Mon ventre me fait mal, mais je ne dis rien. Jusqu’aux environs de 10h30 où c’est le début de la fin, je me vide toutes les 5mn. Je ne saurais comment vous remercier Laure et Delphine pour votre présence en ces moments un peu compliqués. 11h30 Delphine, très organisée a su trouver les mots justes et son papa a été missionné pour nous récupérer à la descente et nous ramener. Pas possible pour moi de continuer dans ces conditions. Ce n’est pas du tout agréable et je sais que le malaise me guette si je continue sans m’alimenter. La descente se fait avec des arrêts intempestifs. Il fait chaud. Je me tiens le ventre. J’ai dû manger quelque chose de pas frais 24h avant le départ… C’est difficile, mais c’est ainsi.

Le résultat

47,41 km et 1790d+ de marche avec un départ à 23h, ce n’est pas rien. Et surtout, le parcours en entier n’est que partie remise !

Alors… qui est tenté ? (Promis, la fin sera plus jolie la prochaine fois !)

Nuage Creation sport

Remerciements

Un grand merci à Olivier Paul qui n’a pas pu faire une partie du parcours à cause du report avec la fermeture des massifs, à Bruno Belin qui devait prendre la suite de Laure à La Bouilladisse pour la dernière partie du parcours, à Eric Cuenot pour ses encouragements.

Et bien entendu à Olivier Turini et Guti Miki, ce n’était pas pour rien même si ce n’est pas terminé ; à Laure Paul, qui me suis souvent dans mes envies et qui fait des courses magnifiques ces derniers mois, ce n’est d’ailleurs que le début ; à Delphine Rancurel encore une fois, qui est toujours présente et que j’admire pour beaucoup de choses.

*Toutes les photos sont des photos prises au téléphone dans une unique optique de souvenir immédiat, donc non réfléchies et embellies comme cela serait le cas pour des photos artistiques.

Nuage Création photographe mariage Toulon

Un mariage franco-asiatique à Toulon aux Pins penchés

B. et X. se sont rencontrés et vivent dans la région parisienne. Tous les deux ont fait leurs études là-bas. B. vient de Toulon, et c’est dans cette ville qu’ils ont décidé de célébrer leur mariage. Une cérémonie laïque qui leur ressemble et qu’ils ont voulu partager avec leurs proches, famille, et amis. C’est aux Pins Penchés, à Toulon qu’ils ont organisé cette journée. Le domaine des Pins Penchés n’est autre que le Château de la Clapière, une bâtisse du 18ème siècle. Le mariage devait initialement se dérouler l’année d’avant, date à laquelle je n’étais plus disponible. Mais le COVID en aura décidé autrement. Le mariage a été reporté d’une année, sur une date à laquelle nous avons pu nous retrouver. C’est le mariage qui a clôturé la saison 2021.

Des photos de couple à Toulon

Les photos ont démarré à l’Anse de Méjean où nous nous sommes retrouvés. Nous avons commencé par quelques photos de couple, puis nous sommes dirigés à côté, sur la plage de l’Anse de Magaud. Des photos en couple, mais aussi accompagnés de leurs témoins. Profitant de ces moments plus intimes avant de retrouver le reste des invités. X. a porté une première robe pour ces photos, prévoyant de se changer après et que B. découvre sa robe de mariée lors de son arrivée à la cérémonie.

Les préparatifs de la mariée aux Pins Penchés à Toulon

Après les photos sur la plage, nous sommes remontés doucement direction le domaine des Pins Penchés. B. devant avec ses témoins, pour rejoindre et accueillir les invités.
X. et ses témoins se sont dirigées vers une pièce où la mariée a pu mettre sa robe, son voile, et prendre son bouquet.
Pendant ce temps, les invités ont commencé à aller s’installer pour la cérémonie.

La cérémonie laïque aux Pins Penchés

Une fois tous les invités installés face à une vue surplombante sur la méditerranée et l’Anse de Magaud. Une vue et un cadre idylliques pour l’organisation d’un mariage ! Les Pins Penchés, est un restaurant incontournable de Toulon, à la fois pour sa nourriture gastronomique et son cadre. Mais il n’en reste pas moins un endroit privilégié et reconnu pour les mariages dans le Var et la région PACA.
B. est arrivé au bras de sa maman, descendant les marches puis passant au milieu des invités. X. est ensuite arrivée au bras du papa de B., ses parents n’ayant pas pu venir en France malheureusement.
La cérémonie s’est ensuite déroulée alternant discours des personnes très proches des mariés, discours lus pour les personnes qui n’ont pu être présentes. Puis les voeux des mariés. Un moment toujours émouvant.
Lors d’une cérémonie laïque, outre les échanges des alliances, on retrouve une petite « cérémonie » propre à chaque couple et à leurs choix. Ici, les mariés ont choisi une cérémonie des thés, en lien avec les origines de X..

Un mariage à Toulon

La journée de mariage se déroule toujours très vite, car très intense. Ce sont des moments privilégiés où les mariés sont le centre de l’attention. Mais surtout où tous les invités sont ravis de se retrouver, d’échanger, de retrouver ou de rencontrer d’autres personnes. Tout le monde est bien habillé, c’est l’occasion de sortir sa plus belle tenue. Bien souvent le costard ou le costume trois pièces pour les hommes, la jolie robe pour les femmes, voire la robe de soirée en deuxième tenue pour la suite de la soirée et le repas. Les talons, bien souvent de sortie pour les femmes, ne restent quasiment jamais aux pieds toute la journée. Ils sont ensuite troqués contre des chaussures plates ou même parfois contre rien du tout.

Le vin d’honneur du mariage aux Pins Penchés

Le vin d’honneur du mariage de B. et X. s’est déroulé sur la jolie terrasse et jardin des Pins Penchés. Ils ont attendu leurs invités avec une coupe de champagne à la main à la fin de la cérémonie. Trinquant avec les invités au fur et à mesure des félicitations.
Le vin d’honneur est le moment où les mariés parlent un peu avec tout le monde, profitent de boire et de restaurer un peu. C’est également le moment de quelques photos de groupe, mais aussi de quelques photos de couple supplémentaires lorsqu’un endroit particulier s’y prête. Histoire de quelques minutes.
Je profite de ces instants où tout le monde a la bouche pleine pour immortaliser la décoration de la salle et des tables.

Le repas de mariage à Toulon

Le repas et le reste de la soirée se sont passés à l’intérieur, là où les mariages aux Pins Penchés se déroulent. Un endroit pouvant accueillir du monde et tous les invités, environ une centaine pour le mariage de B. et X..
Le repas a débuté après l’entrée en salle des mariés.
Puis un petit discours.
Une belle journée de mariage à Toulon pour B. et X. qui repartent quelques jours plus tard dans la région parisienne. Des souvenirs de toute une vie pour ces mariés.

Nuage Création photographe mariage Aix en Provence
Nuage Creation photographe Aix en Provence

Quadruple ascension de la Sainte-Victoire

4 ascensions de la Sainte-Victoire. Oui mais pas que… Sur le papier cela semblait simple. Objectif en tête et prévu depuis presqu’un an. Mais voilà que l’objectif du Grand tour de la Sainte Victoire au départ de Pourrières s’est retrouvé allongé : un parcours initial prévu avec 50km pour 2000 d+ qui s’est finalement terminé avec 57,7km et 2804 d+. Le prochain objectif ne pouvait plus rester tel quel. Une quadruple ascension « simple » se serait présentée avec environ 2400 d+. Il n’était pas envisageable de faire moins de dénivelé. La réflexion a été un peu plus longue que prévue afin de trouver un parcours qui puisse permettre, à la fois de présenter suffisamment de d+ et en même temps passer par 4 ascensions et descentes différentes. Mais passant toutes par la croix de Provence.

Le marathon

Un marathon. 42,195km. 3000 d+. Une autre barrière à faire tomber. Je ne sais pas si vous vous souvenez, je vous avais parlé du km-effort qui donne un aperçu théorique de l’effort correspondant sur du plat (sans toutefois prendre en compte les difficultés techniques du terrain). Un km-effort = distance en km + (D+ en mètres/100). Soit pour cet objectif : 42,195 + (3000/100) = 72,195 km-effort.

Le dénivelé de cette sortie était assez conséquent. Mais le principal est là. L’objectif a été atteint et dépassé ! A l’arrivée, 43,12 km et 3129m d+. 12h et quelques minutes d’efforts, « pauses » comprises. Une grande satisfaction de cet effort.

La Croix de Provence

Cette Croix de Provence, que l’on aperçoit de loin, à l’Est de la Sainte Victoire, je ne l’ai vue de près pour la première fois qu’à la fin du mois de mai 2020 après le confinement. Comme une révélation.

Après l’avoir approchée à mon arrivée sur le bassin aixois l’été 2007, époque où j’étais un peu plus peureuse et me mettais sur les fesses à la moindre difficulté, de peur de tomber de ma hauteur. Je l’ai, depuis, en un peu moins de 2 ans approchée à maintes reprises. De plus ou moins près. Mais réellement 29 fois entre le 29 novembre 2020 et le 10 avril 2022 avant de démarrer la sortie. 15 fois en 4 mois. Parcourant quasiment que les sentiers de la face sud, connaissant les kilométrages par cœur. Puis 14 fois sur les mois suivants. Allongeant le kilométrage lors de mes sorties. Parcourant et découvrant les sentiers, les vues de la Sainte-Victoire de chaque côté.

Moi qui n’avais jamais vraiment couru de ma vie parce que je passais mon temps dans l’eau et que je n’aimais pas trop ça. Je m’étonne encore de ne pas avoir démarré avant car le trail regroupe tant de choses que j’apprécie ! Je me souviens de ma toute première sortie de 2 km à 6mn10/km où je me suis dit que c’était long, le 14 janvier 2020. Un an après, à la sortie du COVID, je fais le même parcours à l’allure de 4mn59/km. Cela paraîtra sûrement bien lent pour certaines personnes, mais pour moi c’est beaucoup et je suis ravie de cette progression. Malgré le fait de n’avoir démarré le trail que très récemment, j’ai pratiqué beaucoup de sport pendant de longues années. Le laissant de côté pendant quelques années avant de reprendre petit à petit suite à des problèmes de genoux. Puis, la passion a repris le dessus. Le goût de l’effort. La satisfaction d’aller chercher les objectifs fixés.

Pour l’objectif de ce 10 avril 2022, j’ai réalisé entre 2 et 3 ascensions entre fin février 2021 et fin août 2021 à 4 reprises. Et j’ai commencé à me préparer un programme d’entraînements à suivre pour progresser sur plusieurs points.

1ère ascension de la Sainte-Victoire

Rendez-vous sur le parking du Bouquet pour un départ à 8h. L’effet de groupe fait que nous parlons un peu trop avant le départ. Une petite photo avant de commencer.

Nous sommes 10 à partir. Chacun ayant une programmation différente suivant les objectifs, tout le monde ne fera pas la sortie en entier.

De mon côté, je suis heureuse de pouvoir partager cette journée et ces efforts avec autant de personnes ! Je me sens un peu moins seule dans ma folie.

8h11, la montre démarre.

Nous nous dirigeons vers le refuge Cézanne. Une partie du groupe démarre à une bonne allure. De mon côté je sais qu’il faut que je gère mon effort car la journée va être longue avec des passages difficiles. Nous bifurquons sur le sentier marron pour courir le long de la face sud de la Sainte-Victoire en direction du début du sentier noir.

8h56. Le pas de l’éléphant est le début de la belle première ascension qui nous attend. Passage à escalader, un peu technique. Tout le monde monte comme il peut ce qui nous vaut de beaux fous-rires. L. se reconnaîtra. Nous avançons chacun à notre allure. Je me rends compte que je me sens bien sur ces passages, ça grimpe et c’est ce que j’aime. Tout le monde parle, c’est que ça va. Petit coup d’œil à la montre pour vérifier si la gestion de l’effort se fait bien mais mes 100 battements/mn me rassurent malgré la fatigue de ces deux dernières semaines qui ne me rassuraient pas sur la forme dans laquelle j’aurais aimé être aujourd’hui.

Nuage Creation photographe Aix en Provence

Nous arrivons au petit garagaï. Puis à la grotte aux hirondelles à 9h49. Magnifique passage au milieu de la Sainte-Victoire, nous permettant de la traverser pour passer de la face sud à la face nord. La vue est juste sublime. Je ne m’en lasse pas ! Encore une centaine de mètres… 10h00 Le socle de la Croix de Provence est touché pour la première ascension ! La photo est de rigueur. Et de une.

1ère descente

Nous entamons la première descente sur le GR9 et le chemin des Venturiers. Sentier très raide et bétonné par endroit, rendant la course en descente un peu difficile car sur la retenue. On arrive cependant très rapidement en bas. Direction le parking des Venturiers car l’objectif est bien de faire 4 ascensions complètes. Il faut donc aller au bout à chaque fois. Ne pas perdre chaque mètre pouvant être parcouru, chaque mètre pouvant valider les 3000 d+. Nous sommes en bas à 10h48. Quelques minutes à blaguer comme sur une bonne partie du parcours. Puis nous repartons.

2ème ascension de la Sainte-Victoire

La 2ème ascension va faire un peu mal. Elle est raide. Nous commençons sur le GR9, puis prenons le chemin en parallèle des Venturiers, dans la forêt. Chemin qui monte tout droit en direction de la Croix. Malgré la difficulté, les filles parlent… Il est 11h30, on parle cuisine… Il faut penser à s’alimenter régulièrement pour ne pas avoir un coup de barre. L’alimentation et l’hydratation sur ce type d’effort sont primordiaux. Il est important de les gérer minutieusement, de ne pas attendre d’avoir faim ou soif. Nous attendons X. qui souffre un peu de cette montée après avoir fait une belle sortie déjà la veille.

11h52, la croix n’est plus très loin…

Nous y sommes. Le socle est touché. La deuxième photo. Il y a du monde là-haut. Les gens sont montés et dégustent leur pique-nique. L’appel du repas se fait sentir pour une partie d’entre nous qui vont s’arrêter d’ici peu.

Nuage Creation photographe Aix en Provence
Nuage Creation photographe Aix en Provence

2ème descente

Nous descendons. Le slalom commence. C’est l’heure de pointe dans la Sainte Victoire. Un dimanche par 20 degrés avec un grand soleil. C’est devenu le grand classique. Sorties de toutes sortes. Equipé ou pas, peu importe… Nous croisons des gens de tous âges, de tous niveaux. Le « bonjour » se répète très régulièrement, tous les 10 à 20m environ. Nous essayons de descendre comme nous le pouvons.

Il y a plein de petites fleurs jaunes en ce moment dans la Sainte-Victoire : des narcisses. C’est très joli. Une bonne partie est malheureusement piétinée par le flux des pas.

Après avoir descendu une petite partie du sentier Imoucha, nous prenons l’intersection direction le pas de l’Escalette. Passage avec une pente raide et glissante dans la roche. Un peu moins emprunté. Nous pouvons descendre plus facilement. Les habitués des descentes devant. Les trois filles derrière. Nous nous retrouvons ensuite tous pour la fin de cette deuxième descente.

Arrivée sur le parking du départ. 4 personnes s’arrêtent là. Leur objectif n’est pas le même aujourd’hui. Ils partagent une bière. Nous faisons une petite photo, discutons un peu avec eux. Puis c’est le moment de repartir. 18 km ont été parcouru. « Seulement ». Ces deux premières ascensions étaient assez raides. Il est plus de 13h.

Nuage Creation photographe Aix en Provence

3ème ascension de la Sainte-Victoire

Nous repartons à 5 à 13h25. Le groupe s’est réduit de moitié. Cette ascension est la plus longue, mais plus roulante. Remontée vers Cézanne pour descendre vers le parc de Roques-Hautes. Nous nous éloignons de la Croix, direction le barrage de Bimont. S. doit nous rejoindre au niveau des Costes chaudes pour monter avec nous à la Croix. On le retrouve. De mon côté, petit coup de mou. Un peu fatiguée. Mais le sourire de S. et sa joie de nous retrouver sont communicatifs. Le sentier Imoucha est très emprunté. C’est un sentier emblématique qui porte le nom de celui qui créa l’association « Les amis de la Sainte Victoire » en 1955 pour restaurer le Prieuré. Il y montait tous les dimanches.

Nuage Creation photographe Aix en Provence

On arrive… 3 !!! Il est 15h50 pour la photo.

3ème descente

La descente débute par une partie du sentier Imoucha, pas le choix de refaire cette partie. Nous bifurquons assez vite sur la gauche pour passer le pas du moine et le pas du berger un peu technique où nous croisons un petit groupe d’escalade. Nous retrouvons les traces du début du sentier rouge, commun avec l’Escalette. Nous l’avons descendu lors de la deuxième descente. C’est un peu plus roulant et nous pouvons de nouveau courir. On dégourdit un peu les jambes. S. me dit qu’il aurait trop aimé faire la sortie en entier. Il sait dans quel état de fatigue (certains plus ou moins car habitués des ultras trails comme E. avec un record de longueur de course à 51h et de distance avec 170 km) on se trouve et c’est ce que l’on aime dans le sport.

Arrivée en bas. Quelques minutes. Nous laissons C. et S..

4ème et dernière ascension de la Sainte-Victoire

Nous voilà partis sur la dernière ascension. S. nous laisse un peu plus haut que le refuge Cézanne, devant rentrer. Il est 17h15.

Cette dernière ascension est le chemin de la Sainte-Victoire que j’ai le plus emprunté. Celui que j’ai emprunté de jour comme de nuit. Celui où je me suis assise pour prendre des photos. Où j’ai marché. Lentement, vite… Couru… doucement, à fond… Celui qui m’a fait progresser dans les côtes comme dans les descentes. Celui que je connais par cœur et où je sais que même épuisée, la croix ne sera plus si loin. La Croix de Provence avec le soleil qui descend doucement à l’horizon et cette vue imprenable qui vaut l’effort investi en amont. Cet effort qui donne des frissons quand on y pense. Se dépasser, vivre l’instant présent et tout simplement profiter… Le socle est touché ! 4 ascensions… C’est magique ! Le dénivelé positif n’est pas encore terminé, mais c’est déjà beau.

Nuage Creation photographe Aix en Provence

Il est 18h05 et nous profitons de ce spectacle.

4ème descente

Il est 18h30, nous redescendons. La fin va demander encore un peu de temps et d’effort. Il manque quelques kilomètres et un peu de d+. Nous faisons la dernière descente par le sentier Imoucha. La descente est douce. E. et D. parlent beaucoup. J’écoute et reste concentrée sur mes pieds. Me connaissant, si je relâche ma vigilance, je peux finir ma course par un petit plongeon dans un buisson comme D. sur la 3ème ascension ou dans la poussière comme moi sur le Grand tour de la Sainte Victoire. Mais j’apprécie ces instants. Passage par Roques-Hautes, je discute avec D.. Je réponds à quelques messages… Il est 19h50. Dernière petite montée dans la forêt pour rejoindre le refuge Cézanne. Ca y est, le marathon est atteint, le D+ dépassé… Un petit regain d’énergie sur la fin grâce à l’euphorie de toutes ces émotions.

Nuage Creation photographe Aix en Provence

20h22. Nous y sommes… !!!

43,12km et 3129 d+. 4 ascensions de la Sainte-Victoire.

*Toutes les photos sont des photos prises au téléphone dans une unique optique de souvenir immédiat, donc non réfléchies et embellies comme cela serait le cas pour des photos artistiques.

Nuage Création photographe nature saint maximin

Votre séance photo à Saint-Maximin dans le var (83)

Une séance photo a plusieurs finalités. Elle peut être l’occasion de vivre un instant particulier, en famille, en couple, seul(e). C’est aussi la possibilité d’avoir ou d’offrir des souvenirs après la séance sous différents supports. Qu’ils soient numériques ou papiers, tels que des tirages papiers, cadres, albums.
Les souvenirs, vous les côtoyez au quotidien. Votre mémoire vous les fais voir, entendre, sentir en permanence. L’expérience d’une séance photo est unique et personnelle.

Photographe à Pourrières dans le var

Je suis située sur Pourrières dans le Var, à 15mn de Saint-Maximin. Je peux me déplacer où vous le souhaitez pour que vous ayez des souvenirs qui vous appartiennent. A votre domicile, pour une séance lifestyle, ou studio. Cela peut être l’occasion d’immortaliser un anniversaire ou une activité au coeur de votre quotidien – je vous invite à lire l’article sur le reportage photo au coeur de votre quotidien qui vous plongera directement dans l’intimité et les souvenirs d’une famille-. En extérieur, sur le lieu de votre choix, dans la nature, sur le lieu de votre rencontre, en bord de mer, à courir dans les vagues et à jouer dans le sable. J’entends déjà le bruit des rires de vos enfants !

Séance photo à domicile

Une séance photo à domicile permet de rester sur un lieu que vous connaissez. Un lieu dans lequel vous êtes à l’aise. Mais peut-être un lieu qui a de l’importance pour vous. Que ce soit pour des souvenirs pour vous ou pour votre famille, ou pour toute autre personne qui est importante pour vous. L’avantage est que c’est moi qui me déplace, qui vient à vous, et non le contraire. On peut effectuer votre séance photo chez vous, dans votre environnement, surtout lors des séances nouveau-né afin que bébé garde ses repères (les bruits et les odeurs…) et que vous ayez tout à portée de main afin que la séance photo se passe le plus en douceur possible.

Séance photo à l’extérieur

Une séance photo à l’extérieur est une occasion unique. Dans un lieu connu ou inconnu. C’est vous qui choisissez. Je peux vous guider, vous proposer un endroit. Sillonnant la nature très régulièrement, je saurais vous conseiller quelque chose qui vous ressemble. Nous pouvons nous déplacer dans les environs de Saint-Maximin, dans le Var afin d’effectuer votre séance photo grossesse, famille, ou portrait en pleine nature suivant vos envies et vos désirs.
L’avantage de cette séance c’est que vous pouvez avoir de l’espace pour courir, avoir une grande diversité d’arrière plan pour vos photos. La nature présente des paysages infinis. Ils changeront et défileront au fil de nos déplacements. Au fil du temps : le jour, la nuit, le mois et la saison. La météo jouera aussi et pourra offrir de magnifiques ombres et lumières.

Nuage Création photographe famille Martigues

Une séance photo entre amies en bord de mer

Les liens de deux personnes

Une séance photo peut se faire à une, deux, trois, enfin… peu importe le nombre de personnes présentes. Je suis là pour m’adapter à ce que vous recherchez en terme d’image. Ici, A. m’avait contactée pour une séance photo avec son amie D. de longue date que j’avais déjà rencontré lors d’une séance photo avec son enfant. Une séance photo effectuée au pied de la Sainte Victoire dans le parc de Roques-Haute.

A. est aussi une de mes futures mariée de l’année 2022 mais également de 2023. Un mariage qui se fera donc en deux temps.
D. et A. se connaissent depuis de très longs années. Elles sont très proches. Faire une séance photo à deux était donc une façon de pouvoir immortaliser les liens qui les unissent.

Une séance photo à Martigues

Elle m’avait demandé conseil pour un lieu dans la nature pour leurs photos. Après réflexion je leur ai proposé d’aller en bord de mer près de Martigues. Il a fallu leur demander si elles n’avaient pas peur d’avoir froid car je savais pertinemment que la séance allait se terminer dans l’eau (La séance s’est déroulée à la fin du mois de novembre). A. m’a dit que peu importe la météo, la séance photo se ferait. De mon côté, je rêve de photographier une séance sous la pluie. Le sud a des avantages, mais également des inconvénients… On ne peut pas tout avoir.

Le jour venu, la météo n’était pas au top. Dans le sens où c’était assez nuageux, assez couvert, et assez gris, mais assez « plat ». Dans tous les cas, qu’importe. Car ce n’est pas la météo qui fait les photos et dans ce type de séance nous sommes bien sur des échanges, des liens, et du partage. Le ciel a d’ailleurs fini par se découvrir pour nous offrir un magnifique coucher de soleil sur la fin de la séance.

Sur ce type de séance comme pour beaucoup d’autres séances photos je ne suis pas là pour vous faire poser. Ce qui est important pour moi c’est que vous ayez vos souvenirs : des photos qui vous ressemblent, des photos qui sont vous. Donc, des photos uniques. Tout comme le ciel qui ne sera jamais le même. Peu importe le moment de la journée, peu importe la journée, peu importe le mois de l’année, peu importe l’année. Un instant qui ne reviendra jamais. Un instant créé. Un souvenir créé. Votre souvenir.

Des émotions et du partage au coeur de votre séance photo

La séance a commencé doucement. D’abord dans les échanges. Je suis là pour vous guider au tout début, pour vous aider à être en confiance et aller jusqu’à oublier ma présence, même quand je suis presque collée à vous. Puis une fois que vous êtes à l’aise, c’est là que vous commencez à vous lâcher et à être réellement vous-même. C’est là que je vois de plus en plus de sourires, de rires, et de nouvelles expressions sur vos visages. Les défis commencent à tomber, et on se retrouve ainsi à jouer et à sauter tout comme le feraient les enfants.

Car quel meilleur exemple qu’un enfant -qui ne se soucie pas du regard des autres- pour avoir des photos naturelles et pleines de sens. Nous avons longé la plage. Avons effectué quelques photos sur le sable, puis les pieds dans l’eau, quelques photos sur les rochers assises face au soleil. Puis retour les pieds dans l’eau pour une course effrénée qui se terminera, comme vous vous en doutez, complètement dans l’eau, à s’arroser et se jeter du sable. Peu importe la température, lorsqu’on s’amuse, on n’a pas froid.

En regardant les photos j’entends encore les rires accompagnés des regards complices de ces deux personnes qui ont su garder leur âme d’enfant le temps d’un instant. Le temps d’une séance photo. Cela me replonge forcément moi aussi dans mes souvenirs, et me donne envie à mon tour de pouvoir immortaliser le temps d’une séance photo, des instants auprès de mes amis qui se reconnaîtront. Ceux qui me connaissent savent que sauter dans l’eau pour un défi, un pari ne me fera pas peur, bien au contraire.  

Nuage Création photographe naissance fuveau

Une séance naissance lifestyle à Fuveau

Une séance photo naissance lifestyle est assez différente des séances photos naissance posing. Différente dans le sens où l’on se concentrera sur la famille et les liens qu’il y a avec bébé. J’aime les photos qui ne sont pas posées, quand il y a de la vie, des émotions. Des sourires, des rires… quand les enfants courent, crient, boudent ! Les émotions fluctuent pour tous, et il est bon de les exprimer pour garder le sourire chaque jour.

La séance photo naissance à Fuveau

J’avais déjà rencontré cette maman lors des photos prises pour l’exposition sur l’allaitement à Fuveau en octobre 2021. Un mélange de douceur, de gentillesse, de partage… M. est une maman attentive à ses enfants et également une musicienne hors pair! N’hésitez pas à partager la musique de son groupe.

Fuveau est une petite ville charmante. Et c’est à domicile que M. et sa famille ont décidé d’immortaliser des instants en famille après la naissance de leur deuxième enfant. Une séance lifestyle, dans le quotidien. Une séance photo qui permet à la famille d’être dans son élément. Ce qui sera un plus pour laisser les émotions présentes et visibles à travers mon objectif.

Des photos de naissance en famille

De l’émotion, il y en a eu. U., le grand, a pu jouer, courir, écouter une (non, plusieurs!) histoire, et même sauter sur le lit. Tout cela sous les yeux de son petit frère qui était dans les bras de sa maman pour l’allaitement, mais aussi de son papa de temps en temps. Un petit frère cela chamboule un quotidien d’enfant. Il reste le premier, le plus grand, mais n’est plus seul. Et ça, ce n’est pas simple. L’enfant a besoin d’attention, de câlins, de bisous de la part de ses parents. Ces derniers doivent composer avec l’arrivée d’un deuxième enfant, de la fatigue du rythme soutenu des réveils réguliers. Mais également garder toute l’attention nécessaire que le premier enfant demande et est sûrement encore plus grande qu’à l’accoutumée.

Les parents d’U. et L. s’en sortent à merveille au milieu de ce tourbillon d’émotions. Les photos de cette séance vous permettront de l’affirmer. Cette dernière est faite pour se concentrer sur les échanges, le partage de chacun autour de bébé.

Nuage Création photographe mariage Aix en Provence

Un mariage en deux parties à Aix en Provence (13)

Vous le savez, on en a parlé, on en parle encore, et on en parlera encore pendant longtemps… La COVID-19 aura perturbé beaucoup de monde. En particulier le monde de l’événementiel et les couples qui souhaitaient se marier. Entre les différentes restrictions, sur le nombre de personnes, sur les conditions, sur tant de choses qui sont le coeur même de la journée de mariage… A quoi bon faire la fête?
Certains couples ont baissé les bras. D’autres ont préféré reporter. D’autres encore maintenir et s’adapter.
C’est dans cette dernière optique que A. et E. ont préparé et célébré leur union en deux parties.

Un mariage en plein COVID

Quelle organisation que de se marier en plein COVID. D’une part, on ne veut pas prendre de risques pour les personnes qui pourraient avoir des ennuis de santé. D’autre part, cela devient un casse-tête sans fin. Les futurs mariés, les familles, les amis, les proches, mais également les différents prestataires se serrent les coudes dans cette aventure.

Le mariage à la mairie à Venelles

A. et E. avaient initialement prévu de ne faire leur mariage qu’en une seule fois, sur une seule et même date. La situation sanitaire en aura décidé autrement pour eux. Après avoir longuement réfléchi, ils ont opté pour maintenir la date initiale pour célébrer et officialiser leur union à la mairie en tout petit comité.
A. s’est préparée à leur domicile avec ses témoins. Sur les réseaux sociaux je vous avais parlé de fleurs séchées de Fleurs Nomades et de leurs avantages pour leur durabilité. Un de leurs avantages est bien de pouvoir les garder pour les réutiliser. Et pour un mariage où l’on souhaite garder les mêmes accessoires, c’est parfait.

Nuage Création photographe mariage Aix en Provence

Ses parents sont ensuite venus. Sa maman a pu lui attacher sa robe non sans une certaine émotion. Le chat de la maison avait quant à lui, montré un peu moins d’entrain pour cette jolie journée à venir. A. et E; vivant ensemble depuis déjà quelques années, aucun changement ne semblait pour le moment à venir pour sa tranquillité et l’équilibre de ses gamelles.

E. s’est préparé avec ses témoins, je n’ai pu être présente pour immortaliser ces moments de partage. Je l’ai retrouvé à la mairie où il attendait avec impatience et émotions A..
J’avais rencontré E. et A. quelques mois auparavant. Ils m’avaient beaucoup touchée. A. m’avait confiée qu’elle avait poussé E. à tenter de me contacter pour savoir si j’étais disponible. On a effectué une jolie séance dans la Sainte-Victoire avant le mariage. Un de mes endroits favoris comme vous le savez très certainement.
A. a été accompagnée par son papa. E. a laissé couler quelques larmes en découvrant A.. De mon côté, je ne suis jamais insensible aux différentes émotions que je perçois à travers mon objectif. Je suis toujours touchée que nous nous « choisissions » pour que je puisse figer des instants de votre vie, vous créer des souvenirs.
Après la cérémonie, nous nous sommes dirigés vers le lieu où la deuxième partie du mariage doit se dérouler quelques mois plus tard. Nous y avons pris quelques photos avec les proches ainsi que quelques photos de couple.

Le retour fût pour un repas partagé à leur domicile. Des plats végétariens préparés par leur traiteur, Mana à Aix en Provence qui sera également présent pour la seconde partie du mariage. Le chien de la maison a également eu le droit à ses photos.
Les quelques mois qui suivirent furent rythmés par quelques détails en photos, dévoilés sur leur compte instagram auprès des personnes qui ne pouvaient être présents sur cette première partie du mariage. Et qui, bien entendu, attendaient impatiemment, de pouvoir découvrir plus d’images.

Le mariage à Aix en Provence

La deuxième partie du mariage s’est déroulée à Aix en Provence à Maison de Lavande – Terre Ugo. Un lieu provençal, et surtout champêtre, donc dans le thème du mariage de E. et A.. La bastide est une bastide familiale du XVIIème siècle. Cette fois-ci, tout le monde était présent. J’ai pu revoir certaines personnes déjà rencontrées lors de la première partie du mariage sur Venelles, ce qui est toujours un plaisir.

E. a remis son costume de chez Toxan et A. a remis sa robe ainsi que les accessoires et bijoux de la cérémonie à la mairie. Ils se sont ainsi préparés ensemble. Un petit moment d’intimité.

La cérémonie laïque a eu lieu dehors devant les champs de lavandes, sous les yeux des personnes qui leur sont chères. La cérémonie laïque est toujours personnalisable à l’infini et elle n’est jamais la même d’un mariage à l’autre. Les textes et les discours s’enchaînent dans l’émotion. Les larmes, les rires en font partie intégrante.

Le vin d’honneur, l’entrée dans la salle, le repas et la fêtes ont eu lieu sur place. Les invités ont eu le plaisir de découvrir quelques images du mariage civil au milieu des discours.

Un moment toujours différent est le lancer du bouquet de la mariée donnant quelquefois lieu à des bousculades et des éventuelles chutes, mais toujours dans la bienveillance.

Le vin d’honneur et la soirée seront rythmés également par quelques photos de couple et l’entrée des mariés dans la salle.

Nuage Création photographe famille Saint Maximin la Ste Baume

Un reportage photo au coeur de votre quotidien à Saint Maximin la Sainte Baume (83)

Je viens chez vous sur une journée complète, du lever au coucher… des enfants ! Un reportage photo qui sort du commun et qui vous permet d’avoir des souvenirs de toute la famille dans la vie de tous les jours.
Ce reportage photo peut s’effectuer sur des créneaux horaires plus courts, mais je voulais ici, vous montrer un quotidien en photos avec ce qui en ressort.

La préparation de la journée de reportage photo au coeur de votre quotidien

Cette journée de reportage photo ne peut se faire sans une certaine préparation. Tout comme nous le faisons avant une autre séance ou un mariage, nous échangeons sur plusieurs choses. Je vous expose plus en détail ma façon de travailler et de voir les choses. Je vous demande de vous présenter et vous pose des questions sur vous, votre famille. Dans le cas présent, j’ai besoin de détails sur le déroulement de vos journées et vous demande le planning du jour où je vais venir. Sachant que je vais vous suivre partout pour ne rien rater.

Le questionnaire pour préparer le reportage photo

Le questionnaire est à remplir par le papa et par la maman indépendamment et sans se concerter afin d’avoir une vision objective de chacun et peut-être quelques anecdotes sur ce qui m’attends au cours de la journée.
Les questions portent en partie sur le déroulement de la journée pour chaque membre de la famille, sur les habitudes ainsi que les repas. Je demande quelques détails sur les qualités et les défauts des membres de la famille, ce qui me permet de pouvoir être un peu plus attentive à certaines choses au cours de la journée. Mais les deux questions qui me semblent les plus importantes et qui résument tout, sont ce que représentent les photos pour eux, et ce que la personne souhaiterait dire à sa famille.
Je vous partage donc ici leurs réponses.

L’importance des photos

Pour le papa : « Ce sont des images particulières car elles “documentent” notre vie. Bien que je sois toujours heureux de regarder mes proches sur les photos accrochées aux murs de notre maison, je n’ai pas le réflexe photo, ni au quotidien, ni durant des événements particuliers (voyages, fêtes de familles…) car je veux toujours privilégier le moment présent et préfère faire confiance à ma mémoire. Je me questionnais récemment si je ne regretterais pas cette posture lorsque je serais âgé et que je n’aurais pas de matériel pour ressusciter de beaux souvenirs. »

Pour la maman : Les photos sont là pour immortaliser des moments de vie. Cela permet d’avoir des souvenirs qui ont une grande importance.

Ce qu’ils ont voulu dire à leur famille

R. : « Je vous aime, je suis très heureux et fier de faire partie de notre famille (bien que cela ne soit pas toujours de tout repos :D). »

C. : « Ma famille est ce qui est le plus précieux. Ce sont mes soleils, le centre de mon univers. »

La matinée

On est mercredi. La journée des enfants comme je l’appelle à la maison.

6h45. A mon arrivée R. et R. étaient réveillés et levés. R. 4 ans était devant la télé pendant que papa préparait le petit déjeuner. C. était réveillée également. Petit moment câlin entre maman et R. sur le canapé. Gustave, le chien, était là pour m’accueillir, et comme vous vous en doutez, a eu le droit à ses souvenirs au cours de la journée.

7h. C’est le petit déjeuner pour papa et R. avec des tartines de pain maison. Gustave a l’air d’avoir envie de partager. Maman vérifie un peu les réseaux sociaux sur son téléphone pour son entreprise qu’elle dirige. C. a lancé des vêtements évolutifs pour les enfants (fabrication française). Si vous êtes curieux, c’est ici. C. est Québécoise et a un accent très chantant. C’est agréable à écouter, très joyeux.

7h25. M. 18 mois se réveille. Maman va la chercher et s’occupe d’elle. Gustave nous attendait en bas des escaliers. M. boit son biberon pendant que maman prépare son petit déjeuner, du granola avec du yaourt. M. veut participer et R. commence à jouer.

7h55. Papa commence à travailler. Maman s’occupe des enfants pour la toilette et l’habillage. Les enfants sont fiers de me montrer leurs jouets et leurs chambres pendant que maman se prépare. Pas simple de tout gérer en même temps et les enfants ne veulent pas toujours écouter et obéir. Je ne vous apprends rien.

9h05. Tout le monde est prêt. Un petit coucou à papa qui travaille. On prend la voiture direction les courses. D’abord le drive, puis le magasin pour certains produits.

10h. Retour à la maison pour ranger les courses et prendre un en-cas pour les enfants pendant que maman range les courses. Ensuite c’est jeux pour les enfants, un peu de travail pour maman.

11h15. Préparation d’un gâteau pour le goûter pour M. avec maman. Un gâteau avec de la purée de datte. M. est ravie d’aider. Elle retourne ensuite jouer.

12h. Papa et maman s’activent pour préparer le repas. R. a passé quelques minutes dehors en jouant avec toutes sortes de choses comme des bouts de bois, de pierres, de briques, pour bricoler comme papa.

12h15. Passage à table. Avec les petites mains dans les assiettes comme j’aime (Un peu moins à la maison quand il faut ensuite tout nettoyer). Petit temps calme et nettoyage pour les enfants pendant que papa et maman rangent.
Les enfants adorent les frites et les pâtes… M. raffole du ketchup! R. commence à en avoir mare de manger du tofu.

La deuxième partie de la journée

13h15. M. va à la sieste. R. a un petit temps détente devant la télé. Maman va se reposer un peu aussi un peu plus tard. Petit moment de discussions. R. joue dans son bac à sable dehors. On attend que M. se réveille de sa sieste.

16h. Départ pour le parc et le goûter. Moment de jeux, de détente.

17h30. Papa prend un peu le relais pendant que maman travaille un peu. Petite balade avec Gustave et les enfants autour de la maison.

18h. L’heure du bain sous la surveillance de papa pendant que maman prépare le repas du soir.

18h30. A table pour les enfants avec la fatigue qui se fait sentir. Pas simple de gérer les émotions. R. a beaucoup d’imagination, il aime beaucoup se déguiser et faire des constructions. M. est très attentionnée, elle a le coeur sur la main, et est très observatrice.
C’est un moment important dans leur quotidien à tous les 4 car ils peuvent se retrouver, se détendre et parler de leur journée respective.

19h05. Moment détente et histoires avant le dodo.

20h. Papa et maman peuvent souffler un peu en cette fin de journée qui n’est pas de tout repos pour eux également… Papa et maman se complètent. Papa est très patient, beaucoup trop d’après C.. Maman l’est moins, parle et agit vite, un peu trop vite d’après R.. Un équilibre à trouver au quotidien…