Nuage Creation photographe Aix en Provence

Quadruple ascension de la Sainte-Victoire

4 ascensions de la Sainte-Victoire. Oui mais pas que… Sur le papier cela semblait simple. Objectif en tête et prévu depuis presqu’un an. Mais voilà que l’objectif du Grand tour de la Sainte Victoire au départ de Pourrières s’est retrouvé allongé : un parcours initial prévu avec 50km pour 2000 d+ qui s’est finalement terminé avec 57,7km et 2804 d+. Le prochain objectif ne pouvait plus rester tel quel. Une quadruple ascension « simple » se serait présentée avec environ 2400 d+. Il n’était pas envisageable de faire moins de dénivelé. La réflexion a été un peu plus longue que prévue afin de trouver un parcours qui puisse permettre, à la fois de présenter suffisamment de d+ et en même temps passer par 4 ascensions et descentes différentes. Mais passant toutes par la croix de Provence.

Le marathon

Un marathon. 42,195km. 3000 d+. Une autre barrière à faire tomber. Je ne sais pas si vous vous souvenez, je vous avais parlé du km-effort qui donne un aperçu théorique de l’effort correspondant sur du plat (sans toutefois prendre en compte les difficultés techniques du terrain). Un km-effort = distance en km + (D+ en mètres/100). Soit pour cet objectif : 42,195 + (3000/100) = 72,195 km-effort.

Le dénivelé de cette sortie était assez conséquent. Mais le principal est là. L’objectif a été atteint et dépassé ! A l’arrivée, 43,12 km et 3129m d+. 12h et quelques minutes d’efforts, « pauses » comprises. Une grande satisfaction de cet effort.

La Croix de Provence

Cette Croix de Provence, que l’on aperçoit de loin, à l’Est de la Sainte Victoire, je ne l’ai vue de près pour la première fois qu’à la fin du mois de mai 2020 après le confinement. Comme une révélation.

Après l’avoir approchée à mon arrivée sur le bassin aixois l’été 2007, époque où j’étais un peu plus peureuse et me mettais sur les fesses à la moindre difficulté, de peur de tomber de ma hauteur. Je l’ai, depuis, en un peu moins de 2 ans approchée à maintes reprises. De plus ou moins près. Mais réellement 29 fois entre le 29 novembre 2020 et le 10 avril 2022 avant de démarrer la sortie. 15 fois en 4 mois. Parcourant quasiment que les sentiers de la face sud, connaissant les kilométrages par cœur. Puis 14 fois sur les mois suivants. Allongeant le kilométrage lors de mes sorties. Parcourant et découvrant les sentiers, les vues de la Sainte-Victoire de chaque côté.

Moi qui n’avais jamais vraiment couru de ma vie parce que je passais mon temps dans l’eau et que je n’aimais pas trop ça. Je m’étonne encore de ne pas avoir démarré avant car le trail regroupe tant de choses que j’apprécie ! Je me souviens de ma toute première sortie de 2 km à 6mn10/km où je me suis dit que c’était long, le 14 janvier 2020. Un an après, à la sortie du COVID, je fais le même parcours à l’allure de 4mn59/km. Cela paraîtra sûrement bien lent pour certaines personnes, mais pour moi c’est beaucoup et je suis ravie de cette progression. Malgré le fait de n’avoir démarré le trail que très récemment, j’ai pratiqué beaucoup de sport pendant de longues années. Le laissant de côté pendant quelques années avant de reprendre petit à petit suite à des problèmes de genoux. Puis, la passion a repris le dessus. Le goût de l’effort. La satisfaction d’aller chercher les objectifs fixés.

Pour l’objectif de ce 10 avril 2022, j’ai réalisé entre 2 et 3 ascensions entre fin février 2021 et fin août 2021 à 4 reprises. Et j’ai commencé à me préparer un programme d’entraînements à suivre pour progresser sur plusieurs points.

1ère ascension de la Sainte-Victoire

Rendez-vous sur le parking du Bouquet pour un départ à 8h. L’effet de groupe fait que nous parlons un peu trop avant le départ. Une petite photo avant de commencer.

Nous sommes 10 à partir. Chacun ayant une programmation différente suivant les objectifs, tout le monde ne fera pas la sortie en entier.

De mon côté, je suis heureuse de pouvoir partager cette journée et ces efforts avec autant de personnes ! Je me sens un peu moins seule dans ma folie.

8h11, la montre démarre.

Nous nous dirigeons vers le refuge Cézanne. Une partie du groupe démarre à une bonne allure. De mon côté je sais qu’il faut que je gère mon effort car la journée va être longue avec des passages difficiles. Nous bifurquons sur le sentier marron pour courir le long de la face sud de la Sainte-Victoire en direction du début du sentier noir.

8h56. Le pas de l’éléphant est le début de la belle première ascension qui nous attend. Passage à escalader, un peu technique. Tout le monde monte comme il peut ce qui nous vaut de beaux fous-rires. L. se reconnaîtra. Nous avançons chacun à notre allure. Je me rends compte que je me sens bien sur ces passages, ça grimpe et c’est ce que j’aime. Tout le monde parle, c’est que ça va. Petit coup d’œil à la montre pour vérifier si la gestion de l’effort se fait bien mais mes 100 battements/mn me rassurent malgré la fatigue de ces deux dernières semaines qui ne me rassuraient pas sur la forme dans laquelle j’aurais aimé être aujourd’hui.

Nuage Creation photographe Aix en Provence

Nous arrivons au petit garagaï. Puis à la grotte aux hirondelles à 9h49. Magnifique passage au milieu de la Sainte-Victoire, nous permettant de la traverser pour passer de la face sud à la face nord. La vue est juste sublime. Je ne m’en lasse pas ! Encore une centaine de mètres… 10h00 Le socle de la Croix de Provence est touché pour la première ascension ! La photo est de rigueur. Et de une.

1ère descente

Nous entamons la première descente sur le GR9 et le chemin des Venturiers. Sentier très raide et bétonné par endroit, rendant la course en descente un peu difficile car sur la retenue. On arrive cependant très rapidement en bas. Direction le parking des Venturiers car l’objectif est bien de faire 4 ascensions complètes. Il faut donc aller au bout à chaque fois. Ne pas perdre chaque mètre pouvant être parcouru, chaque mètre pouvant valider les 3000 d+. Nous sommes en bas à 10h48. Quelques minutes à blaguer comme sur une bonne partie du parcours. Puis nous repartons.

2ème ascension de la Sainte-Victoire

La 2ème ascension va faire un peu mal. Elle est raide. Nous commençons sur le GR9, puis prenons le chemin en parallèle des Venturiers, dans la forêt. Chemin qui monte tout droit en direction de la Croix. Malgré la difficulté, les filles parlent… Il est 11h30, on parle cuisine… Il faut penser à s’alimenter régulièrement pour ne pas avoir un coup de barre. L’alimentation et l’hydratation sur ce type d’effort sont primordiaux. Il est important de les gérer minutieusement, de ne pas attendre d’avoir faim ou soif. Nous attendons X. qui souffre un peu de cette montée après avoir fait une belle sortie déjà la veille.

11h52, la croix n’est plus très loin…

Nous y sommes. Le socle est touché. La deuxième photo. Il y a du monde là-haut. Les gens sont montés et dégustent leur pique-nique. L’appel du repas se fait sentir pour une partie d’entre nous qui vont s’arrêter d’ici peu.

Nuage Creation photographe Aix en Provence
Nuage Creation photographe Aix en Provence

2ème descente

Nous descendons. Le slalom commence. C’est l’heure de pointe dans la Sainte Victoire. Un dimanche par 20 degrés avec un grand soleil. C’est devenu le grand classique. Sorties de toutes sortes. Equipé ou pas, peu importe… Nous croisons des gens de tous âges, de tous niveaux. Le « bonjour » se répète très régulièrement, tous les 10 à 20m environ. Nous essayons de descendre comme nous le pouvons.

Il y a plein de petites fleurs jaunes en ce moment dans la Sainte-Victoire : des narcisses. C’est très joli. Une bonne partie est malheureusement piétinée par le flux des pas.

Après avoir descendu une petite partie du sentier Imoucha, nous prenons l’intersection direction le pas de l’Escalette. Passage avec une pente raide et glissante dans la roche. Un peu moins emprunté. Nous pouvons descendre plus facilement. Les habitués des descentes devant. Les trois filles derrière. Nous nous retrouvons ensuite tous pour la fin de cette deuxième descente.

Arrivée sur le parking du départ. 4 personnes s’arrêtent là. Leur objectif n’est pas le même aujourd’hui. Ils partagent une bière. Nous faisons une petite photo, discutons un peu avec eux. Puis c’est le moment de repartir. 18 km ont été parcouru. « Seulement ». Ces deux premières ascensions étaient assez raides. Il est plus de 13h.

Nuage Creation photographe Aix en Provence

3ème ascension de la Sainte-Victoire

Nous repartons à 5 à 13h25. Le groupe s’est réduit de moitié. Cette ascension est la plus longue, mais plus roulante. Remontée vers Cézanne pour descendre vers le parc de Roques-Hautes. Nous nous éloignons de la Croix, direction le barrage de Bimont. S. doit nous rejoindre au niveau des Costes chaudes pour monter avec nous à la Croix. On le retrouve. De mon côté, petit coup de mou. Un peu fatiguée. Mais le sourire de S. et sa joie de nous retrouver sont communicatifs. Le sentier Imoucha est très emprunté. C’est un sentier emblématique qui porte le nom de celui qui créa l’association « Les amis de la Sainte Victoire » en 1955 pour restaurer le Prieuré. Il y montait tous les dimanches.

Nuage Creation photographe Aix en Provence

On arrive… 3 !!! Il est 15h50 pour la photo.

3ème descente

La descente débute par une partie du sentier Imoucha, pas le choix de refaire cette partie. Nous bifurquons assez vite sur la gauche pour passer le pas du moine et le pas du berger un peu technique où nous croisons un petit groupe d’escalade. Nous retrouvons les traces du début du sentier rouge, commun avec l’Escalette. Nous l’avons descendu lors de la deuxième descente. C’est un peu plus roulant et nous pouvons de nouveau courir. On dégourdit un peu les jambes. S. me dit qu’il aurait trop aimé faire la sortie en entier. Il sait dans quel état de fatigue (certains plus ou moins car habitués des ultras trails comme E. avec un record de longueur de course à 51h et de distance avec 170 km) on se trouve et c’est ce que l’on aime dans le sport.

Arrivée en bas. Quelques minutes. Nous laissons C. et S..

4ème et dernière ascension de la Sainte-Victoire

Nous voilà partis sur la dernière ascension. S. nous laisse un peu plus haut que le refuge Cézanne, devant rentrer. Il est 17h15.

Cette dernière ascension est le chemin de la Sainte-Victoire que j’ai le plus emprunté. Celui que j’ai emprunté de jour comme de nuit. Celui où je me suis assise pour prendre des photos. Où j’ai marché. Lentement, vite… Couru… doucement, à fond… Celui qui m’a fait progresser dans les côtes comme dans les descentes. Celui que je connais par cœur et où je sais que même épuisée, la croix ne sera plus si loin. La Croix de Provence avec le soleil qui descend doucement à l’horizon et cette vue imprenable qui vaut l’effort investi en amont. Cet effort qui donne des frissons quand on y pense. Se dépasser, vivre l’instant présent et tout simplement profiter… Le socle est touché ! 4 ascensions… C’est magique ! Le dénivelé positif n’est pas encore terminé, mais c’est déjà beau.

Nuage Creation photographe Aix en Provence

Il est 18h05 et nous profitons de ce spectacle.

4ème descente

Il est 18h30, nous redescendons. La fin va demander encore un peu de temps et d’effort. Il manque quelques kilomètres et un peu de d+. Nous faisons la dernière descente par le sentier Imoucha. La descente est douce. E. et D. parlent beaucoup. J’écoute et reste concentrée sur mes pieds. Me connaissant, si je relâche ma vigilance, je peux finir ma course par un petit plongeon dans un buisson comme D. sur la 3ème ascension ou dans la poussière comme moi sur le Grand tour de la Sainte Victoire. Mais j’apprécie ces instants. Passage par Roques-Hautes, je discute avec D.. Je réponds à quelques messages… Il est 19h50. Dernière petite montée dans la forêt pour rejoindre le refuge Cézanne. Ca y est, le marathon est atteint, le D+ dépassé… Un petit regain d’énergie sur la fin grâce à l’euphorie de toutes ces émotions.

Nuage Creation photographe Aix en Provence

20h22. Nous y sommes… !!!

43,12km et 3129 d+. 4 ascensions de la Sainte-Victoire.

*Toutes les photos sont des photos prises au téléphone dans une unique optique de souvenir immédiat, donc non réfléchies et embellies comme cela serait le cas pour des photos artistiques.

Nuage Création photographe sport aix en provence

Le grand tour de la Sainte-Victoire au départ de Pourrières (83 et 13)

La Sainte-Victoire du lever au coucher du soleil

La vie est bien souvent une course contre le temps. Chaque jour notre quotidien est rythmé par des horaires que nous essayons de respecter. Nous avons tous une quantité de choses à faire, à penser, à prévoir… Au milieu de tout cela il nous reste bien souvent trop de peu de temps pour nous ressourcer.
Je m’étais fixé un objectif depuis 10 mois. Partir sur un trail à la journée, du lever au coucher du soleil. Pour ne rien faire d’autre sur une journée que me retrouver dans la nature, avancer grâce à mon corps et mon esprit, sans être polluée par d’autres choses. L’objectif : 50km et 2000d+. Autant vous dire que le dénivelé positif, mais également négatif, ainsi que le terrain de la Sainte-Victoire « rallonge » considérablement la distance parcourue si on cherche une équivalence sur le plat en termes d’effort et d’énergie dépensée. Pas de formule mathématique magique et surtout précise tant les parcours de trails diffèrent par leurs difficultés et technicités. Cependant la formule du km-effort est souvent utilisée et donne ainsi un aperçu (toujours théorique de l’effort correspondant sur du plat) : km-effort = distance en km + (D+ en mètres/100). On obtient donc 50 + (2000/100) = 70 km-effort. Ce qui correspond approximativement à un trajet (par l’autoroute) d’Aix en Provence à Arles. Pourquoi 50km ? C’est un peu une barrière. La moitié de 100km. Quelques kilomètres de plus qu’un marathon… Un début de l’ultra trail…

Nuage Création photographe sport aix en provence

De Pourrières au Pic des mouches point culminant de la Sainte-Victoire

Rendez-vous fixé au 6 février 2022. La météo prévue est idéale, du soleil, peu de vent sur une bonne partie de la journée mais qui risque de se lever dans l’après-midi avec de grosses rafales à la tombée de la nuit. Réveil 6h07 (quelques minutes après 6h pour le cerveau). La motivation est là. Petit déjeuner léger mais nourrissant pour tenir la journée qui arrive et qui risque d’être longue et éprouvante. Le corps doit pouvoir tenir et résister à l’effort prolongé. Le matériel est prêt. Je suis chargée. Jamais fait autant de kilomètres, j’ai peur de manquer d’eau et j’ai décidé d’être en autonomie totale là-dessus même si un point d’eau est présent à mi-parcours ainsi que dans l’une des voitures vers le 30ème kilomètre de course avec un petit détour si besoin.

Quelques minutes avant 7h, rendez-vous sur le parking du départ à Pourrières avec mes deux compagnons du jour tout autant motivés que moi. Il fait encore nuit mais le jour ne va pas tarder à se lever et nous avons les lumières de la ville présentes sur le début du parcours. 7h05, démarrage des montres et départ. Le début du parcours démarre par une côte. Pas simple dès le début quand on sait que 50 km nous attendent. Il faut gérer son effort au maximum et rester concentrés. On parle, on rit. On démarre dans la bonne humeur et c’est très agréable. En haut de la montée un peu de plat près du canal de Provence avant de descendre vers la départementale qui mène à Rians que l’on doit traverser pour atteindre le début du sentier qui nous mènera jusqu’à la bifurcation du GR9.

On court tranquillement sur le plat et les descentes, on marche en montée. Aucune difficulté particulière en ce début de parcours. J’avais fait du repérage le mois dernier en faisant l’aller-retour au Pic des mouches pour mieux connaître cette partie du parcours. Cette dernière est très agréable, le sentier ressemble à un chemin dfci, on peut donc courir les uns à côté des autres. Une rêve-partie a dû s’installer non loin de là dans la forêt. La musique bat son plein au milieu de nulle part.

10 km. Ca y est, le soleil est levé, la vue est magnifique. Le décor et le terrain commencent à changer… Le Pic des mouches se rapproche. Un tout petit crochet pour montrer le garagaï de Cagoloup. Le massif de la Sainte-Victoire présente plusieurs garagaïs. Certains en formations, d’autres déjà formés comme ce dernier. La roche calcaire se dissout au fil du temps, des pluies, ainsi que de l’action mécanique des ruissellements. Le garagaï de Cagoloup mesure 15 mètres de diamètre avec une profondeur de 15 mètres également et débouche sur deux puits verticaux de 10 et 25 mètres de profondeur qui conduisent à une grande salle. On est à 966 mètres d’altitude.

Nuage Création photographe sport aix en provence

9h19. Nous sommes au Pic des mouches, à 1011m d’altitude. Une petite photo souvenir et nous voici partis sur les crêtes en direction de la Croix de Provence. Le chemin est assez technique avec les pierres et les rochers à la verticale qui compliquent les pas et la course. Tiens, un crocus ouvert ! La floraison semble avoir eu lieu tôt cette année.

Du Pic des mouches à la Croix de Provence

On enchaîne les cols et les brèches, la croix et le lac de Bimont se rapprochent. Le paysage avec une vue à 360° est toujours à couper le souffle. D’un côté le Mont Aurélien, le Mont Olympe, la Sainte-Baume, le massif de l’Etoile, le Garlaban. De l’autre les Alpes, le Mont Ventoux… C’est toujours aussi beau. Arrivés sur le Bau des Vespres le paysage semble lunaire.
Petit arrêt pour montrer le « grand garagaï » ou grotte aux hirondelles. Un trou permettant un passage entre la face sud et la face nord de la Sainte-Victoire. Une vue impressionnante de beauté. C’est l’arrivée du sentier noir qui part du parking des Deux Aiguilles. Très abrupt en montée, délicat à la descente.
Nous retrouvons d’autres traileurs du groupe qui faisaient une autre sortie. Nous profitons d’une petite pause à 20 km à la Croix de Provence pour une photo de groupe. Nous en sommes à 4h15 d’efforts. Il faut penser à s’alimenter et s’hydrater régulièrement pour ne pas avoir trop de baisses de régime.

De la croix de Provence au barrage de Bimont

E. nous rejoint pour une partie de notre trail. Les autres redescendent direction les Venturiers. Pour nous, c’est le sentier bleu Imoucha. Très emprunté, très glissant. Nous voilà partis direction le barrage de Bimont pour la moitié du tracé. E. nous redonne une allure, une motivation et un regain d’énergie. On se remet à parler. Une petite chute toute douce pour F. dans les buissons. Un peu plus bas c’est à mon tour. J’ai été distraite par ma montre, ce qui m’a valu un beau plongeon dans la poussière et aujourd’hui de beaux bleus et quelques égratignures. A peine plus d’une heure après la photo à la Croix de Provence nous sommes arrivés à mi-chemin. 25 km. Le barrage de Bimont permet une petite pause. F. fait le plein d’eau. De mon côté le poids de mon sac avec environ 7 kg commence à se faire ressentir. Je sens que mes trapèzes seront douloureux dans les jours à venir après la fin de la sortie. L. commence à avoir des petites douleurs aux genoux. Mais elle enchaîne les kilomètres et a déjà dépassé ceux de sa plus grosse sortie !

Du barrage de Bimont à Pourrières, deuxième partie du tracé

Nous prenons la direction du parc de Roques-Hautes pour pouvoir remonter vers le refuge Cézanne. La course reprend. Puis nous devons de nouveau marcher car une très grosse montée se présente. Les cuisses et les mollets chauffent un peu.

Nous arrivons au refuge Cézanne. Nous disons au revoir à E. qui repart direction la pas du Berger pour ensuite rejoindre le parking des Venturiers. Pour nous, c’est direction le sentier marron. Arrivés à l’oratoire de l’amitié les douleurs aux genoux de L. ne lui permettent pas de continuer. Nous décidons avec F. de l’accompagner jusqu’à sa voiture laissée au parking du Bouquet. Nous revenons donc sur nos pas et faisons un détour. L. aura fait un peu plus de 33 km avec 1500 d+ ! Un grand bravo !

Du parking du Bouquet au refuge de Baudino

Il est 14h30. Nous reprenons le chemin avec F. Petit cafouillage à travers les plantes pour retomber sur le bon sentier. Nous voici de nouveau sur le début du sentier marron que l’on ne quittera pas jusqu’à Saint-Ser. La montée jusqu’à l’oratoire de l’amitié n’est pas simple. J’ai une petite baisse de régime, ça monte, et les cuisses chauffent. Petite descente qui fait du bien en direction de la grotte du Cheyenne mais où il ne faut pas relâcher l’attention car c’est raide et glissant à cause des cailloux.
A partir de là, nous parlons un peu moins. Cela va monter jusqu’à la Marbrière, puis jusqu’au refuge Baudino. C’est un sentier que nous avons déjà emprunté tous les deux plusieurs fois. Néanmoins, la fatigue n’est pas la même et nous prêtons un peu plus attention à nos pas et à certaines portions qui nous semblent ainsi nouvelles. Le mental commence à jouer, nous approchons des 40km. Ma montre n’a plus de batterie… Mince ! Strava ne va même pas prendre en compte mon marathon ! Le chemin me semble si long sur cette portion. Le refuge Baudino semble encore si loin… toujours caché, nous l’apercevons au dernier moment en arrivant dessus. Petite pause pour se couvrir. Je me restaure un peu et range ma frontale afin qu’elle soit accessible pour tout à l’heure. La montée est « terminée » pour le moment avant la toute dernière qui nous attend. L’énergie revient.

Du refuge de Baudino à Puyloubier

Nous attaquons la dernière partie du sentier marron que je n’avais jamais faite jusqu’au départ du sentier qui monte vers le col de Vauvenargues. Ca y est, le sentier marron est terminé ! Nous redescendons le sentier rouge de Saint Ser et arrivons sur la route. Une petite partie route d’environ 2 km nous attends jusqu’à Puyloubier, le soleil commence à se coucher, la luminosité est encore présente pour le moment.

De Puyloubier à Pourrières

On est à Puyloubier, le vent s’est levé depuis un moment. Il ne va pas falloir rater la bifurcation lorsque nous serons sur le GR9. Nous entamons la montée du GR9. J’allume la frontale. Le vent poursuit sa montée avec de grosses rafales. La montée est difficile car le dénivelé est important et le mental mis à rude épreuve. On ne parle plus. La ville éclairée semble très vite toute petite et loin. Les dernières lueurs de la lumière du soleil décline à l’Ouest de la Sainte-Victoire. Je vérifie de temps en temps le tracé pour ne pas rater la bifurcation pour la redescente vers Pourrières. Mais elle est bien visible. Ca y est !! Il faut à présent redescendre vers l’Est. L’énergie revient même si le vent souffle toujours. Cela fait un moment que le chemin ne change pas, petite vérification sur le tracé, ce n’est pas précisément celui que l’on a pris à l’aller. Mais cela ne change pas grand-chose. On rejoint bientôt la dernière partie du sentier.

50 km ! Environ 2800 d+. Je suis tellement heureuse ! Mais il reste encore quelques kilomètres à parcourir. Je ne peux plus courir. Je dis à F. que je préfère terminer en marchant. Je suis en mode automatique. Nous marchons, traversons la départementale… toute dernière montée ! Puis la descente… petit appel aux compagnons de trail qui étaient impatients de connaitre le kilométrage final ! Nous sommes arrivés !!!
Je suis tellement heureuse d’avoir atteint et dépassé mon objectif ! 57,7 km avec 2804 d+… Plus de 13h d’efforts, petites pauses comprises… Du lever au coucher du soleil…

Nuage Creation photographe aix en provence

Une séance photo dans la nature à Vauvenargues (13)

Nuage Creation photographe aix en provence

Tout autour de la Sainte Victoire la nature foisonne dans toute sa splendeur. On y retrouve une grande diversité de chemins, de la balade la plus simple, à la plus compliquée avec des passages aériens alternant pierriers et petites escalades. Chaque fois que je le peux, je sillonne les sentiers à la recherche de points de vues différents. Pour des photos personnelles, mais également pour vous proposer des endroits atypiques pour votre séance photo. Amis sportifs, si vous souhaitez immortaliser un instant particulier, je serais ravie de vous photographier au milieu d’une grande sortie.

La Sainte Victoire et ses sous bois

Près de Vauvenargues, des sentiers longent le nord de la Sainte Victoire. On alterne entre soleil et sous-bois plus humide l’hiver, et plus frais l’été. Le soleil passe peu, le vent aussi, et les couleurs changent. On se retrouve ainsi au milieu d’un cadre emprunt de charme et qui en séduira plus d’un. Deux cours d’eau passent tout près : La Cause et l’Infernet. L’eau se fraye un chemin parmi la roche et les plantes, creusant ainsi son lit au rythme des saisons pour le plaisir des yeux de ceux qui aiment la fraîcheur. Des petites cascades sont présentes, alimentant la diversité des sons de la nature au gré de la balade.

Sport et COVID – La natation à Salon de Provence (13)

Le sport a toujours fait partie de ma vie, plus particulièrement la natation. La situation sanitaire actuelle est désastreuse pour les sportifs. Au niveau physique et psychologique. Cela est désastreux et compliqué pour les sportifs inscrits dans les clubs. Mais également pour les clubs eux-mêmes.
Les mesures sanitaires évoluant et changeant sans cesse, beaucoup de jeunes ont eu du mal à suivre, à s’adapter et à s’accrocher pour continuer ce qui était important pour eux.

La natation un sport complet

La natation est un sport complet mais difficile. Il requiert des qualités physiques et physiologiques. Mais pas que. Les qualités aquatiques sont importantes. Se retrouver des appuis terrestres à une position allongée où il faut trouver des appuis pour gérer la flottabilité de notre corps n’est pas chose aisée. Ce sport est complet car tous les muscles sont sollicités. Il est également très bon pour les problèmes de dos et est souvent préconisé par les médecins et kinésithérapeutes. Dès que l’on stoppe l’activité sur une semaine, il faut déjà quelques séances avant de retrouver ses appuis. Une constance dans les entraînements dans l’eau est donc primordiale pour ne pas perdre le bénéfice de ce qui a été effectué en amont.

La natation dans les Bouches du Rhône

Les clubs de natation au sein du département des Bouches du Rhône sont nombreux. Ils ne sont néanmoins pas tous égaux. Que ce soit en moyens financiers, en infrastructures, en moyens humains. Ils sont dépendants de ces facteurs et les dirigeants des clubs, les entraîneurs, ainsi que les parents et les adhérents essaient de s’adapter au mieux à toutes ces contraintes.

La natation à Salon de Provence

Le club de Salon de Provence a habituellement accès à plusieurs bassins. Les conditions sanitaires dans le contexte COVID-19 depuis mars 2020 n’ont cessé de changer. Les bassins fermant, ouvrant, puis fermant de nouveau. Puis finalement réouvrant mais pas pour tous les publics. Pas pour les adultes. Puis finalement oui. Puis finalement ouverture d’un des bassins extérieurs pour le public également. J’en profite d’ailleurs depuis l’ouverture au public pour aller nager un peu chaque semaine et prendre « l’air ». Cela fait tellement de bien, une impression de liberté retrouvée malgré le masque jusqu’au bord du bassin.

Le groupe élite du cercle des nageurs salonais

Le groupe élite du cercle des nageurs salonais se retrouve actuellement avec un groupe très minimaliste, les nageurs se décourageant peu à peu. Là où dans d’autres structures certains groupes de nageurs ont le droit de s’entraîner, ici, quelques nageurs le peuvent mais sur des créneaux horaires pas accessibles à tout le monde en fonction du planning scolaire. Il est déjà difficile en temps normal de concilier les deux lorsque les nageurs n’ont pas d’horaires aménagés au niveau scolaire. Dans le contexte sanitaire d’aujourd’hui, cela l’est encore plus.

La photographie et la natation

La photographie de la natation regroupe pour moi deux passions. J’ai pris du temps afin d’aller photographier ce groupe, certes très restreints, lors de leurs entraînements en extérieur. Pour moi, il était important de montrer que malgré les conditions sanitaires particulières, les jeunes nageurs qui arrivent à « tenir le coup » psychologiquement et ayant la possibilité de s’adapter à un planning changeant, ont retrouvé le sourire en même temps que ce retour dans les bassins il y a peu.
Les conditions de lumières en extérieur ne sont pas les plus simples au bord d’un bassin. Le soleil, lorsqu’il est présent, donne une lumière particulière en traversant l’eau transparente du bassin. La vitesse des nageurs est également une contrainte supplémentaire à la prise de vue car ils sont sans cesse en mouvements.
Le choix du noir et blanc a été fait car il avait, je trouve, beaucoup plus de force dans le contexte actuel. Et il reste intemporel.
Merci à J pour son accueil, ainsi qu’aux nageurs, et au personnel de la piscine.
En espérant que chacun puisse retrouver le chemin de son sport au plus vite dans de belles conditions.